الأخبار

STU Flash, 16 avril 2021

Transformation stratégique : intervention orale du STU, 211e session du Conseil exécutif

STU/69e Conseil/21/016
16 avril 2021

 

211e session du Conseil exécutif de l’UNESCO

INTERVENTION ORALE DU SYNDICAT DU PERSONNEL DE L’UNESCO (STU)

 

Merci Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs.

Le STU a lu avec beaucoup d’attention le document sur la transformation stratégique et y a noté avec regret l’absence de toute référence au personnel comme acteur essentiel de ce processus : cela est significatif du peu de considération que l’Administration porte à son personnel dans sa vision de l’Organisation, si on excepte l’enquête sur la transformation stratégique en mai 2020.

Ce manque de considération se traduit de différentes façons. De nombreuses questions restent sans réponse pendant des mois malgré nos relances, et le Règlement du personnel est souvent non-respecté.

L’Administration semble parfois estimer facultative la consultation avec les associations du personnel sur certains sujets, alors que selon le chapitre 9.2.D.6 du Manuel des ressources humaines, cette consultation est bel et bien obligatoire. Pour justifier l’absence de consultation au sens du Manuel des ressources humaines, l’Administration a par exemple considéré que le changement de répartition des heures travaillées par jour par les agents de sécurité ne concernait pas « les conditions d’emploi et de travail du personnel ».

Nous constatons en outre que plusieurs dossiers sont en attente depuis des mois, voire des années. Certains collègues, déclassés en 2014 lors de l’exercice de redéploiement, le sont toujours aujourd’hui, 7 ans plus tard, malgré les nombreuses promesses faites par l'Administration de corriger cette situation si le budget de l’UNESCO était adopté à la hausse. Cette promesse n’a malheureusement pas été tenue.

Le gel des demandes de reclassification de postes décrété en août 2018, suivi en octobre 2019 de la suppression de la Disposition 102.2 du Statut et Règlement du personnel qui permettait à chaque membre du personnel de demander un audit du niveau de son poste (décision prise contre l’avis des associations du personnel, de la Commission consultative pour les questions générales de personnel (ACPP) et  des Etats membres) confirment aussi ce désintérêt à l’égard du personnel, à qui on demande toujours plus, sans aucune contrepartie.

Tous ces dysfonctionnements ont déjà coûté beaucoup d’argent à l’UNESCO, régulièrement condamnée par le TAOIT.

Le STU regrette enfin le manque de disponibilité de la Directrice générale pour des rencontres avec les associations du personnel, notre dernière réunion datant de plus de 18 mois, alors que bien d’autres sujets restent en attente de sa considération.

Le STU croit fermement à la nécessité d’un dialogue constructif avec l’Administration menant, par des prises de décisions rapides et appropriées, à l’amélioration des conditions de travail des tous le personnel de l’UNESCO au Siège comme sur le terrain et espère que ce dialogue pourra être mené dans le respect des valeurs humanistes, fondations de notre Maison commune.

N’oublions jamais que l’essence de l’UNESCO est son personnel.

Je vous remercie de votre attention.